Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CGT TERRITORIAUX  DU GARD

la cgt - service public territorial

La CGT est pour le progrés social!

Publié le 27 Mars 2017 par maryno

 

A l’approche des élections présidentielles, la CGT souhaite continuer de porter des exigences économiques, sociales et environnementales durant cette campagne. C’est plus que jamais l’enjeu de la période et l’exigence des salariés, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse. Cette campagne électorale s’éloigne trop régulièrement de ces attentes et des vrais problèmes, minée par des affaires ou des débats bien loin du quotidien et de la réalité du monde du travail.
Nous nous félicitons que les luttes de centaines de milliers de salariés, permettent qu’aujourd’hui, les questions du travail, de la précarité, de la protection sociale, de l’égalité femmes-hommes, des salaires, de l’industrie, des services publics, et de paix trouvent une place dans le débat public. Elles doivent s’imposer dans cette campagne politique.

Depuis plusieurs mois, la CGT porte des propositions alternatives économiques et sociales en adéquation avec les exigences, les possibilités de notre époque et les aspirations des travailleurs, retraités, privés d’emplois.
Elle porte au coeur de sa démarche, la question du travail. Derrière ce mot, nous parlons de son organisation, du paiement des qualifications et de l’expérience, de la formation initiale et continue, des souffrances qu’il peut générer sur la santé.
Il est insupportable que certains perdent leur vie au travail, pendant que d’autres la perdent parce qu’ils n’en n’ont pas.

C’est pourquoi, nous revendiquons notamment une augmentation des salaires et des pensions avec, comme référence, le SMIC à 1800 euros, une réduction du temps de travail avec, comme référence, une durée de 32 heures hebdomadaire, un nouveau statut du travail et une sécurité sociale professionnelle, une protection sociale de haut niveau, des moyens supplémentaires pour les services publics, comme par exemple la santé, la culture et l’éducation, et la construction d’une véritable Europe sociale.

Nous nous félicitons que, pour une part, ces propositions soient reprises par certains candidats.

Dans un pays où les 40 plus grandes entreprises viennent de dégager 75 milliards d’euros de bénéfices et de verser à leurs actionnaires près de 500 milliards en 10 ans, les moyens existent.

Nous alertons le monde du travail contre ceux, à l’extrême droite, dont le FN est l’un des porte-drapeaux, qui prônent la division des travailleurs du fait de leur origine, leur statut ou leur situation sociale. Diviser pour mieux régner, c’est un
vieux dicton toujours d’actualité aux yeux de certains. C’est aussi une façon de
ménager et de servir les véritables responsables de la crise qui continuent de
s’enrichir de façon insolente. Alors qu’au contraire les salariés ont besoin d’être
unis.

Ceux qui veulent faire porter au syndicalisme la responsabilité des problèmes de
notre pays, jouent à un jeu dangereux. Restreindre le rôle et la place du syndicalisme en imposant de nouvelles règles de démocratie sociale, en favorisant la création de pseudo syndicats ou d’associations pour accompagner les décisions patronales ou gouvernementales, ce n’est pas un signe de modernité et cela dessert l’intérêt des salariés.

Il faut d’abord renforcer le rôle et la place des syndicats en faisant respecter une
liberté essentielle, le droit de se syndiquer, de militer et de revendiquer sans peur
des représailles.

La liberté syndicale fait partie des droits fondamentaux.

Voter est un droit dont beaucoup de citoyens dans le monde, sont privés. C’est la
marque de la démocratie, les travailleurs doivent s’en saisir. Les exigences et les
choix du peuple doivent être respectés avant, pendant et après les élections. Les
salariés doivent être entendus lorsqu’ils se mobilisent, lorsqu’ils revendiquent et
qu’ils proposent des alternatives.

Nous refusons d’avoir le choix entre le pire et le moins pire. Nous voulons le
meilleur.

Montreuil, le 24 mars 2017

La CGT est pour le progrés social!
commentaires

Nimes agglomération : Collecte des ordures ménagères pour la défense du statut des agents publics !

Publié le 27 Mars 2017 par maryno

LA COORDINATION SYNDICALE DEPARTEMENTALE CGT, LE SYNDICAT CGT DE NIMES – CA NIMES METROPOLE ont été interpellés par des agents techniques de la collecte des ordures ménagères de Communauté d’Agglomération de Nimes Métropole.

Ils s’inquiètent à juste titre après réception d’une lettre leur indiquant le non renouvellement de leur contrat, de la perte de leur emploi…

La CGT tient à préciser quelques points :

Contrairement à ce qui est colporté, ces agents ne sont ni vacataires, ni saisonniers. Embauchés depuis près de six ans pour certains, ils exercent une mission de service public qui doit leur garantir un statut.

Peut-on en effet parler d’accroissement temporaire d’activité lorsque les contrats sont régulièrement renouvelés chaque mois depuis six ans à temps complet la plupart du temps ?

Pendant toutes ces années, il semble bien que la flexibilité imposée à ces agents aura su être appréciée au nom de la continuité de service public, sans pour autant que soit évoqué un quelconque contrat durable (cf Loi Sauvadet)

Les usagers apprécient chaque jour la qualité rendue du travail bien fait :

  • Remplacement au pied levé

  • Appel au dernier moment (5h00 du matin pour un départ immédiat)

  • Impossibilité de pouvoir poser des congés annuels paiement du salaire différé jusqu’à 50 jours après la mission

  • Aucun jour férié payé

    Pour un montant moyen de 1400 euros brut…Ces agents méritent un peu plus de reconnaissance de leur mission reconnue par tous pénible et insalubre.

Pour la CGT c’est tous ensemble aucun agent ne peut rester sur le carreau !

Certes, ces agents ont été reçus individuellement avec des promesses d’emploi, mais quelles promesses !

  • Six mois supplémentaires sans aucune garantie de reconduction,

  • Des contrats de droit privé, de l’intérimaire,

  • Un prolongement d’activité sur des postes dont les titulaires sont actuellement en maladie ou en invalidité (mais pas encore morts aux dernières nouvelles !)

    Quant à la négociation portant sur la prise en charge du cout du permis poids lourds par l’Agglo, quelle bonne aubaine ! Pour un salaire guère plus élevé ce sont bien deux métiers distincts pour le prix d’un. Peut-on parler de véritables avantages ?

Le mode de gestion questionne tout autant.

La sous-estimation des besoins de service permet le recours au secteur privé autant que nécessaire, faisant peser une pression supplémentaire sur les personnels

La CGT a orienté en urgence certains agents vers un avocat pour la reconnaissance de leurs droits. Des recours sont en cours qui vont donner lieu à une saisine du tribunal.

Certains viennent de découvrir ces prétendues garanties : après une heure de discussion et parce qu’ils auraient voulu défendre leur droits, ces salariés sont écartés, alors même que de nouveaux agents viennent d’obtenir des contrats de travail…

La Réforme territoriale offre un formidable prétexte à la rationalisation tous azimuts du service public notamment à l’opportunité de l’intégration des fonctionnaires territoriaux du service de la collecte d’ordures ménagères de la (feu) communauté des communes Leins Gardonnenque. La mobilité s’impose sans contrepartie (déplacement d’un fonctionnaire du secteur de la Rouvière jusqu’à Poulx sans modification de sa résidence administrative et embauche d’un nouveau vacataire pour son remplacement sur le poste qu’il occupait)

Il va de soi que cette gestion n’a aucun impact sur la diminution possible de la contribution citoyenne !

Jusqu’à quand pourra-t-on accepter ces suppressions de poste aussi nécessaire à notre qualité de vie ?

Qui peut supporter des conditions de travail de plus en plus insécurisantes ?

Jusqu’où peut aller dans le non-respect des agents qui œuvrent chaque pour l’intérêt général ?

La question de la gestion des services publics reste au cœur des préoccupations d’avenir et particulièrement dans le secteur des Déchets.

Les acteurs publics-privés de la filière "collecte et traitement des déchets sont donc appelés à se mobiliser à l’occasion de la journée confédérale INDUSTRIE et SERVICES PUBLICS du mardi 21 mars 2017.

Pour information ( parution dans la presse locale) un préavis de grève a été déposé par la FAFpt ( syndicat représenté au Comité Technique de Nimes Agglomération ) pour les 29 mars et 5 avril en soutien aux agents concernés et pour leurs conditions de travail

Nimes agglomération : Collecte des ordures ménagères  pour la défense du statut des agents publics !
Nimes agglomération : Collecte des ordures ménagères  pour la défense du statut des agents publics !
commentaires

Temps de travail : une circulaire inacceptable !

Publié le 27 Mars 2017 par maryno

Temps de travail : les quatre organisations syndicales (CGT - FO - Solidaires et FA-FP) claquent la porte

Communiqué de presse Fonction publique

Les organisations syndicales des fonctionnaires CGT, FO, Solidaires et FA-FP ont claqué la porte des discussions avec le Cabinet de la ministre de la Fonction publique sur les circulaires « temps de travail » et « politiques de prévention des absences pour raisons de santé ».

Les quatre organisations syndicales considèrent que ces circulaires et plus particulièrement celle sur le temps de travail, qui ne sont que des rappels partiels et partiaux aux textes réglementaires, sont des circulaires de portée politique qui stigmatisent les fonctionnaires en pleine période électorale.

Après les récents propos dans la presse de la ministre de la Fonction publique remettant en cause la fonction publique de carrière au profit d’une fonction publique d’emplois, la confiance est rompue entre les organisations syndicales précitées et la ministre.

A nouveau, les quatre organisations syndicales CGT, FO, Solidaires et FA-FP demandent le retrait pur et simple de ces projets de circulaires, notamment celle sur le temps de travail.

Fait à PARIS, le 23 mars 2017

Rappelons au passage à Madame la Ministre que les collectivités territoriales s'administrent librement et que les " journées du maire " ne sont pas incompatibles avec la qualité de service public !!

 

Temps de travail : une circulaire inacceptable !
commentaires

convergence public- prive c'est le moment !

Publié le 13 Mars 2017 par maryno

Préavis national de grève pour le 21 mars 2017

Objet : Préavis de grève de 0 h à 24 h le mardi 21 mars 2017

Mesdames les Ministres, Monsieur le Ministre,

Le 21 mars prochain, la CGT organise une journée d’action sur les enjeux de politique industrielle.

L’industrie est en déclin depuis trente ans. Aujourd’hui, la production industrielle atteint à peine 10 % du produit intérieur brut (PIB), contre 16 % en moyenne dans la zone euro. L’emploi industriel a reculé de près de 25 % en quinze ans pour se situer aujourd’hui autour de 3 millions de salariés. La France importe 60 % de ses produits industriels.

Les causes de ce déclin industriel sont nombreuses :
• La primauté donnée à la financiarisation de la gestion des entreprises industrielles depuis quarante ans ;
• Les choix politiques et économiques des gouvernements qui se sont succédé : politiques d’austérité, recherche forcenée de la baisse du « coût du travail » conduisant aux délocalisations et à l’externalisation des activités ;
•Lle dumping social, fiscal et environnemental ;
• Le détournement des richesses créées par les travailleurs au profit des actionnaires et au détriment des investissements productifs, de la recherche-développement, du renouvellement des savoir-faire et de la qualification des salariés.

Pour la CGT, l’industrie est indispensable pour répondre aux besoins fondamentaux de la population (alimentation, eau, énergie, transport, éducation, santé, culture). Il faut produire autrement et mieux, ce qui implique de rompre avec la logique de développement libéral. Il est urgent d’agir pour un développement humain durable, de mettre en place des circuits courts, l’économie circulaire, de produire des objets durables et réparables.

Le système bancaire et financier doit être au service du développement de l’industrie, ce qui implique d’inverser la logique actuelle où c’est l’industrie qui est au service de la finance. Cela nécessite de rompre avec les politiques actuelles, où le patronat est inondé sans aucun contrôle d’aides publiques et d’exonérations fiscales et sociales inefficaces (comme le CICE ou le CIR). Une réforme fiscale ambitieuse est indispensable. Enfin, il faut mettre le système bancaire et financier au service du développement industriel, notamment en créant un pôle financier public pour favoriser l’emploi et impulser un développement solidaire des territoires.

Prétendre développer une industrie du futur tout en laissant fermer les sites industriels les uns après les autres est une dangereuse illusion. Il faut investir pour moderniser les usines et l’appareil productif. Il faut anticiper les mutations technologiques pour transformer les emplois, garder la maîtrise technologique des savoir-faire et des compétences, diminuer le temps de travail et améliorer les conditions de travail.

Le développement d’une industrie moderne suppose des services publics de qualité en matière d’éducation, de recherche, de santé, de transport, etc. Il faut des services publics forts dans tout le pays, pour contribuer au développement économique et à l’aménagement du territoire. La dépense et la commande publiques sont des leviers puissants pour créer des emplois et lutter contre le fléau du chômage. Les politiques d’austérité, la réforme territoriale, celles de l’État et de l’hôpital sont des outils d’adaptation de l’action publique aux impératifs du capital, au détriment des besoins des usagers et des conditions de travail et d’emploi des agents. Ces politiques sont partout en échec et provoquent chômage, paupérisation, désindustrialisation, affaiblissement de la cohésion sociale. Il est urgent de rompre avec cette orientation destructrice.

Mener une politique industrielle ambitieuse implique enfin de développer les droits d’intervention des salariés, dans l’ensemble des secteurs de l’économie, et pas seulement dans l’industrie. Les salariés doivent bénéficier d’une représentation collective effective, quelle que soit la taille de l’entreprise. Il faut strictement réglementer la sous-traitance et instituer une responsabilité sociale et stratégique des donneurs d’ordre à l’égard de leurs sous-traitants. Les comités d’entreprise doivent avoir un droit de veto sur les plans de suppression d’emplois. Les aides publiques aux entreprises doivent être contrôlées et conditionnées, notamment à l’emploi et à l’investissement productif.

C’est sur la base de ces objectifs que la Fédération CGT des Services publics s’engage dans la journée d’action du 21 mars. Afin de permettre aux personnels de notre champ fédéral de participer aux initiatives de mobilisation qui seront organisées, la Fédération CGT des Services publics dépose un préavis de grève de 0 à 24 h pour la journée du 21 mars, couvrant l’ensemble des agents de la Fonction publique territoriale et les salariés relevant de la partie privée de notre champ fédéral (entreprises de l’eau et de l’assainissement, thanatologie, secteur privé du logement social).

Nous vous adressons, Mesdames les Ministres, Monsieur le Ministre, nos respectueuses salutations.

Pour la Fédération CGT des Services publics,
Baptiste TALBOT,
Secrétaire général


Préavis adressé le 21 février 2017 à :

Mme Annick GIRARDIN
Ministre de la Fonction publique
80, rue de Lille
75007 PARIS

Mme Myriam EL KHOMRI
Ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation
professionnelle et du Dialogue social
127, rue de Grenelle
75007 PARIS

M. Jean-Michel BAYLET
Ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et
des Collectivités territoriales
Hôtel de Castries
72, rue de Varenne
75007 PARIS

convergence public- prive c'est le moment !
commentaires

PAS DE SERVICES PUBLICS SANS INDUSTRIE- PAS D'INDUSTRIE SANS SERVICES PUBLICS

Publié le 13 Mars 2017 par maryno

Les services publics structurent le territoire et sont gage d’attractivité économique.

 

Eau, production de l’énergie, éducation, formation, recherche, santé, logement etc. les services publics s’avèrent essentiels au développement des entreprises et représentent un apport essentiel pour la croissance économique.

 

Le développement d’une industrie moderne suppose des services publics de qualité.

 

La dépense et la commande publique sont des leviers puissants pour la création des emplois et de lutte contre le chômage.

 

Les politiques d’austérité ainsi que la réforme territoriale sont des outils d’adaptation de l’action aux impératifs du capital , au détriment des besoins des usagers et des conditions de travail et d’emploi des agents .

 

Il est urgent de rompre avec cette orientation destructrice .

 

Fonctionnaires, agents publics, secteur industriel ont un intérêt à agir ensemble pour un développement humain durable...

 

Mardi 21 mars

Rassemblement régional à Montpellier

Rendez vous à 9 h  face à l'UNIVERSITE SCIENCES ECONOMIQUES (RICHTER)

à l'occasion de la réunion du Conseil Economique social et environnemental 

(départ du bus à Nîmes 7h 15 – à la bourse du travail à NIMES)

 

un  préavis de grève fédéral a été déposé

commentaires